Bien dans ton corpsImage positive

Pourquoi ton corps est comme il est ?

Comment accepter son corps est comme il est ? LesGrowMots.fr

Comment faire pour accepter son corps comme il est ?

Tu en as probablement l’intuition, le premier pas vers l’amour de soi c’est l’acceptation. Et quel meilleur moyen pour s’accepter que de commencer par avoir conscience de soi et comprendre comment on fonctionne ?

« Pourquoi suis-je si grosse ? », « pourquoi suis-je si maigre ? », « pourquoi ai-je tendance à prendre du ventre, ou des cuisses ? », « Pourquoi mon nez est si grand », « Pourquoi ai-je tant de boutons », etc.

Autant de questions qu’on a tendance à ne pas se poser ou à laisser sans réponses. Pourtant connaitre l’origine de nos traits ou des évolutions de notre physique nous permet :

  • de mieux comprendre pour accepter (il ne s’agit pas de résignation)
  • de prendre conscience de ce sur quoi nous pouvons agir (avec bienveillance)

Si tu n’as pas le temps de lire cet article tout de suite, épingle l’image suivante sur Pinterest pour le retrouver plus tard

Comment faire pour accepter son corps comme il est ? LesGrowMots.fr

Nous avons toutes été enfant. Nous avons été cette fillette libre, non encore influencée par le business de la minceur ou de l’apparence. Nous découvrions notre corps, ses aptitudes, ses limites et nous nous construisions à travers les expériences et les apprentissages. Sans jugement. Constatant que non il n’est pas possible de monter 3 marches d’un coup lorsqu’on a les petites jambes potelées d’une fillette de 4 ans. Découvrant que oui il est possible de faire fondre tonton et de le rallier à notre cause en faisant cette bouille mignonne.

Nous avons appris ce dont notre corps était capable sans le juger. Et nous l’avons utilisé pour évoluer dans l’espace et pour construire notre personnalité, pour interagir avec les autres. Les cris stridents que nous avons poussés grâce à nos jeunes cordes vocales, les câlins que nous avons donné grâce à nos bras, les jeux d’escalades que nous avons exploré, etc.

Nous savions de quoi nous étions capables, nous essayons et nous apprenions et c’était suffisant. Nous ne cherchions pas autre chose que la satisfaction de nos besoin d’exploration et de communication.

Puis nous avons grandi. Nous avons désappris, nous nous sommes perdues dans des exemples plus ou moins factices, perdant le contact avec notre essence, et notre corps que nous connaissions si intimement est devenu étranger.

Le chemin vers l’amour de soi c’est le chemin pour retrouver ce que savait instinctivement la fillette de 4 ou 5 ans.

Ce chemin n’est pas linéaire. Il est difficile car nous avons perdu nos repères.

Lorsqu’on est perdu dans le le noir, avoir une lampe torche ça peut aider. Je te donne ici quelques jalons qui te permettront de t’orienter dans ce labyrinthe. Voici 3 « quêtes » à mener pour comprendre pourquoi ton corps est tel qu’il est, pour réapprendre à l’apprivoiser.

Sais-tu comment fonctionne ton corps ?

Photo de Pierre Acobas via Unsplash

Ces dernières années j’ai fait des découvertes insoupçonnées. On s’imagine qu’on apprend le fonctionnement du corps à l’école en cours de SVT. En réalité on nous enseigne certains mécanismes du corps comme si ils étaient autonomes. A aucun moment nous avons la vision de la mécanique d’ensemble.

Même nos médecins ont tendance à nous soigner « morceau par morceau » sans forcément voir notre corps comme un ensemble cohérent ou ne serait-ce que nous apprendre à le voir ainsi.

Comprendre le fonctionnement du corps permet de dézinguer des idées reçues comme « perdre du poids c’est une question de volonté » ou « pour maigrir il faut faire du sport »

Tu comprendras que les processus de prise ou de perte de poids reposent sur des mécanismes complexes faisant intervenir le système digestif, le système hormonal, le système nerveux, etc.

Tous ces systèmes sont interconnectés, communiquent et s’influencent les uns les autres. Agir sur l’un a un effet sur tout le reste !

Arrêtons de penser que nous pouvons agir sur notre corps en le contraignant, par la force de notre volonté.

Nous serons bien plus efficaces si nous savons comment il fonctionne et sur quel levier agir pour obtenir un fonctionnement optimal de nos organes.

Demandes-toi pourquoi tu as grossi ou maigri. Si la réponse est par exemple « parce que j’ai ou j’ai eu des troubles du comportement alimentaire », demandes toi ensuite « pourquoi ? » Qu’est-ce qui a provoqué ces troubles alimentaires ?

Il peut y avoir des causes psychologiques mais ne néglige pas les causes physiologiques. N’oublie pas que les émotions qui provoquent parfois ces troubles alimentaires proviennent de processus chimiques et électriques qui ont lieu dans ton organisme. Et pourtant elles conditionnent tes comportements et tes choix de vie. Tout est lié !

De quoi as-tu hérité ?

Photo de Victor Zambrano via Unsplash

On entend parler de capital génétique et même si on sait aujourd’hui que ce capital est loin de tout déterminer dans notre corps, savoir de quoi nous avons hérité et parfois de qui nous l’avons hérité, permet :

  • de connaître nos facilités ou aptitudes innées
  • et aussi parfois de construire des identifications positives pour s’aimer un peu plus

Peut-être que si tu découvrais que ton grand nez te vient d’une arrière grand-mère qui ne se laissait pas marcher sur les pieds, tu serais un peu plus fière de cet héritage.

Peut-être qu’en découvrant que tes longs bras hérités de ton grand-père lui ont permis de se sortir d’une situation délicate ou de faire virevolter les filles sur la piste de danse, tu les verrais sous un autre angle.

Nous avons tous des héros dans notre famille. Des personnes dont nous colportons la « légende » de génération en génération. Et même sans aller jusque là. Tomber sur une vieille photo et constater une forte ressemblance avec un ancêtre que l’on estime peut nous aider à nous aimer un peu plus. Car nous savons que nous portons en nous ce qui rendait cette personne admirable. Héritage physiologique ou héritage de valeurs et de principes de vie, peu importe. C’est souvent d’ailleurs un mélange des deux.

Etre fière de ses origines c’est être fière de qui nous sommes.

Je te recommande de chercher du côté de la psychogénéalogie et de la morphopsychologie pour mener cette quête.

Un autre aspect de cet héritage : les caractéristiques biologiques.

As-tu déjà entendu ce type de phrases : « dans la famille on a le colon paresseux », « On a tous un terrain allergique » ou encore « On a tous fait de l’arthrose à partir de tel âge ».

Ce ne sont pas des limitation, encore moins des condamnations. Ce sont des points de vigilance. Des fragilités dont il faut tenir compte pour notre bien-être, en adaptant nos comportements et les choses que nous apportons à notre corps.

Connaître tes antécédents familiaux te permet de savoir à quoi faire attention mais aussi quels sont les atouts de ta lignée. Car ces phrases entendues depuis petite auraient pu aussi être « tu as les cheveux épais et brillants de ta grand-mère. Elle les a gardé longs jusqu’à 80 ans ! » ou encore « Tu es comme ton oncle Alfred, toujours pleine d’énergie. Quand il était jeune on ne pouvait pas l’arrêter ! D’ailleurs aujourd’hui encore il est hyperactif. »

Pars à la recherche aussi de ces comparaisons positive. Traque les indices et assemble les pièces du puzzle pour te construire une bonne image de soi. Une image plus juste de ton corps, avec ses forces et ses limites.

Es-tu en bonne santé ?

Photo de Deniz Altindas via Unsplash

Ces dernières années j’ai aussi pris conscience de l’impact de notre environnement sur notre santé. Et par environnement j’entends :

  • notre alimentation
  • les gens que nous fréquentons
  • les activités que nous pratiquons
  • les pensées qui nous habitent
  • nos conditions de vie
  • nos conditions de travail
  • etc.

J’ai d’ailleurs fait pas mal de « ménage » dans tout ça lorsque je me suis aperçue des répercussions que ces éléments pouvaient avoir sur ma santé. Et je continue à en faire…

Alors je t’invite à te poser ces questions :

  1. Est-ce que tu dors bien ? Ton sommeil est-il réparateur ?
  2. Est-ce que tu digères bien ou es-tu ballonnée ? Subis-tu des maux de ventre, des ballonnements, ou autres désordres gastriques ? Comment te sens-tu après avoir mangé ?
  3. Es-tu confortable dans ton corps ? As-tu une respiration ample et bien oxygénante ? As-tu des petites douleurs, des malaises répétés qui semblent insignifiants et supportables mais durent depuis plusieurs mois ou plusieurs années ?
  4. Te sens-tu trop serrée dans tes vêtements ? Est-ce qu’ils correspondent à ta personnalité ou te sens tu comme déguisée ? Est-ce que ton apparence reflète qui tu es ?
  5. Est-ce que ton organisme est intoxiqué par les produits chimiques qu’on trouve à foison dans les produits cosmétiques et alimentaires industriels ?
  6. Ris-tu assez souvent ? Est-ce que tu t’amuses assez ? Quels sont les moments de joie et de plaisir que tu t’accordes ?
  7. Te sens-tu aimée et bien entourée ? As-tu autour de toi des personnes qui te font confiance, que te respectent et sur qui tu peux compter ?
  8. Comment te sens-tu dans l’endroit où tu vis ? As-tu un lieu refuge qui te permets de te ressourcer ?
  9. Ton rythme de travail est-il adapté à ta physiologie et à tes besoins ? Ton lieu de travail te permet-il d’être inspirée et productive ? Tes relations de travail sont-elles saines ?
  10. Quelles sont les pensées que tu ressasse le plus souvent ? Sont elles la plupart du temps positives ou négatives ? Et ce que tu te dis sur toi-même, est-ce la plupart du temps positif ou négatif ?

Chacun de ces aspects est important et influe sur ta santé. Eh oui, quand on y pense ce n’est pas si farfelu de dire que la qualité de ton environnement influe sur ta santé.

L’époque où notre environnement se limitaient à la nature alentour est révolue. Notre évolution, nos inventions techniques et technologiques, l’organisation de notre société moderne a multiplié le nombre de facteurs environnementaux susceptibles d’affecter notre bien-être. Et chacun de ces facteur environnementaux peut être source d’un stress répété (tu vis dedans chaque jour !) qui peut mener à des désordres psychiques et/ou physiques.

Il ne s’agit pas d’avoir une vie parfaite. Nous le savons, tout n’est pas modifiable à notre convenance et faire des concessions ou des arrangements est nécessaire pour vivre en communauté à côté d’autres humains. Nous ne pouvons pas tout contrôler.

Mais veiller à ce que nos limites ne soient pas débordées en permanence et se ménager des espaces ou temps de ressourcements est indispensable pour rester en bonne santé.

Pour terminer je dirais que réorganiser ta vie dans un sens qui te respecte et partir à la recherche de ce qu’il y a de bon en toi pour le cultiver et t’appuyer dessus constituent un bon terreau pour la confiance en soi, l’estime de soi l’amour de soi.

Saches qu’il y a de multiples façon d’arriver à l’amour de soi. A chacune de composer son cocktail en fonction de sa propre histoire et de ses penchants naturels.

Je t’invite à  me dire dans les commentaires ce que tu penses de cette façon d’aborder les choses. J’aimerais savoir comment tu te sens par rapport à tout ça et quelles sont les doutes, questions ou prises de conscience que cet article a provoqué en toi. Viens partager avec nous car ce sera utile à toutes 😉

N’oublie pas de t’inscrire ci-dessous pour ne pas louper mes prochains articles. Tu recevras en cadeau ton accès au podcast secret et bientôt aussi un eBook offert pour commencer à faire la paix avec ton corps.

(Visited 74 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.