Aimer la vieEstime de soiReprends le pouvoir

De l’amour de soi à l’amour inconditionnel de soi

apprendre à s'aimer inconditionnellement et profondément, au delà des apparences - lesgrowmots.fr

Si tu es abonnée à ma newsletter ou que tu as lu mon précédent article, tu sais probablement que j’ai suspendu pour un temps mes accompagnements.

D’après les messages que j’avais reçu à travers les cartes, on m’annonçait que j’allais repartir en formation. Ce que je n’avais pas imaginé c’est qu’il ne s’agissait aucunement d’une formation ordinaire du genre ordinateur-clavier-papier-crayon. Non non non pas du tout. Je vis actuellement une formation d’un autre genre, beaucoup plus intangible. Je ne te dis pas ! Je me sens comme dans une machine à laver. D’ailleurs je suis très fatiguée. Normal avec ce que je brasse…

Mais je n’écris pas aujourd’hui pour te raconter mes écueils spirituels. Je t’écris parce que j’ai eu une prise de conscience concernant l’amour de soi. Plus précisément concernant la profondeur  de cet amour qu’on est censé s’apporter.

L’amour de soi « ordinaire »

Il y a l’amour de soi, celui qu’on commence mine de rien à nous vendre sur papier glacé, celui qui est tendance, qui prône l’acceptation de ses rondeurs et l’écoute de ses émotions. Je ne critique pas hein, je trouve que cela fait partie des étapes. Il faut bien commencer en surface avant de pouvoir plonger dans les profondeurs.

Moi-même j’ai commencé par chercher :

  1. comment aimer mon corps
  2. comment aimer la personne que je suis en tant qu’être social, maillon de toutes les chaînes humaines dont je fais partie (famille, couple, travail, parentalité, etc.)

Et c’est là que s’est produit mon éveil spirituel.

Avec lui j’ai été projetée dans d’autres chaînes beaucoup plus grandes. Enfin projetée. Non, car comme nous tous, j’y ai toujours été. C’est juste que je n’en avais pas pris consciemment la mesure.

J’ai donc pris conscience que j’étais aussi un maillon de cette planète et un fragment du grand tout. Et que ma mission en tant que fragment du grand tout était… d’être pleinement moi et de m’aimer inconditionnellement. Tout simplement. Mouais… pas si simple en fait…

C’est drôle ! C’est comme une double spirale : en cherchant vers l’extérieur je suis revenue vers moi. Et en revenant à moi j’envoie mon rayonnement vers l’extérieur. Et ça ne concerne pas seulement moi ! Nous sommes tous destiné à cela : rayonner qui nous sommes et par ce rayonnement permettre à d’autres autour de nous, de rayonner. Tu saisis maintenant l’image de la chaîne ?

apprendre à s'aimer inconditionnellement et profondément, au delà des apparences - lesgrowmots.fr

Amour de soi en profondeur

Donc aujourd’hui je prends conscience que je suis arrivée aux portes de cette couche profonde de l’amour de soi, j’ai nommé l’amour inconditionnel.

Je ne sais pas ce qu’il en est pour toi mais pour moi l’amour inconditionnel je le voyais plutôt tourné vers les autres. Du genre :

  • accepter les différences
  • accepter que d’autres puissent penser différemment sans entrer systématiquement dans une bataille d’ego pour avoir qui a raison
  • réussir à voir que certains comportements découlent de blessures et d’automatismes de défense plus que d’une réelle méchanceté
  • bref, arrêter de juger les autres et les accepter comme ils sont

Ce que je n’avais pas compris c’est que cet amour là que j’arrive si bien à offrir aux autres, je devais commencer par me l’offrir à moi-même !

l'amour inconditionnel s'offre d'abord à soi-même - lesgrowmots.fr
l’amour inconditionnel s’offre d’abord à soi-même

Eh ben c’est pas piqué des hannetons de s’attaquer à ce morceau-là. 

  • S’aimer au point d’aimer TOUS ses défauts (déjà se mettre en face et en prendre conscience 😱)
  • S’aimer au point de ne plus être « gentille » et sortir du « faire plaisir » (et accepter d’être mal perçue parfois)
  • Apprendre à être juste avec soi-même, à se respecter jusque dans ce qu’on perçoit comme des failles ou des faiblesses
  • En somme accepter son imperfection, son humanité et donner le meilleur de soi-même mais pas au détriment de son bien-être.

Comment se manifeste cet amour de soi profond ? On apprend à poser de nouvelles limites, à dire « non ». Mais pas uniquement pour les raisons socialement autorisées (genre « je suis malade », « mon fils a eu un accident », etc.) Aussi pour celles qui nous permettent de respecter profondément qui nous sommes jusque dans nos limitations, faiblesses et imperfections.

Et laisse moi te dire que savoir dire « non » juste parce qu’on est fatiguée ou qu’on a besoin d’une pause par exemple, est bien plus difficile que de dire « non » à quelque chose qui ne respecte pas nos valeurs. Car quand nos valeurs ne sont pas respectées un signal d’alarme retenti souvent sous la forme d’une forte émotion désagréable qui nous pousse à rétablir l’équilibre (cf. mon article sur les émotions désagréables).

Alors que quand on est juste fatiguée ou qu’on a juste besoin d’un moment seule ou que simplement notre priorité du moment est ailleurs, là on ose beaucoup moins le dire…

Surtout quand c’est pour répondre à quelqu’un qu’on aime ! Parce qu’après tout on peut bien faire un effort non ? On peut bien faire ça pour lui ou elle, « c’est mon frère/ma mère/ma meilleure amie (ou autre personne précieuse à nos yeux) quand même ! »

savoir dire non à ceux qu'on aime ne veut pas dire cesser des les aimer - lesgrowmots.fr
savoir dire non à ceux qu’on aime ne veut pas dire cesser des les aimer

S’occuper d’abord de soi : égoïsme ou respect de l’autre ?

Voilà où j’en suis aujourd’hui. Une nouvelle étape du voyage, la plus importante pour moi à ce jour. Tu imagines ce qui est possible lorsqu’on est capable de ne plus se juger, de ne plus s’empêcher de dire ce qu’on a sur le cœur (en douceur et avec bienveillance bien sûr) ?

Penses à tous ces nœuds à l’estomac qu’on se fait par peur que les autres nous rejettent d’avoir été fidèles à nous-même… Parce que c’est de cela qu’il s’agit.

Tout le monde a des attentes envers tout le monde. Chacun attend de l’autre qu’il soit et pense comme soi. Du coup nous vivons tous dans la peur d’être nous. D’être trop différent de l’autre pour continuer à mériter son amour ou son attention ou son approbation. ça fait autant de gens qui se rétrécissent pour ne pas gêner, ne pas faire peur, ne pas heurter, ne pas faire de la peine, etc.

Je ne dis pas qu’il ne faut pas faire cas des autres, mais je pose cette question : devons-nous à ce point prendre en charge ce que ressentent les autres face à qui nous sommes et ce que nous choisissons ? Au point de museler ou punir une ou plusieurs parts de nous ?

Pour moi la réponse est évidemment non. Et parce que j’en vois venir certaines avec l’argument de l’égoïsme je tiens à rappeler ici l’importance du cœur. C’est précisément ce qui fait la différence entre être pleinement soi-même et s’en fiche des autres. Quand on dit, exprime, EST qui on est, à partir du cœur, avec respect et bienveillance, on ne peut pas être égoïste et on remet à l’autre la responsabilité de son ressenti, de son émotion face à notre refus ou notre différence. Car je le répète nous ne sommes pas responsable de la réaction des gens face à qui nous sommes. Et surtout qui sommes-nous pour prétendre diriger les émotions et ressentis des autres par notre comportement ? Est-ce vraiment notre place ?

A chacun sa valise. Dans la vie 
 chacun est responsable de ses affaire émotionnelles - lesgrowmots.fr
A chacun sa valise dans la vie 😉 chacun est responsable de ses affaire émotionnelles

Chacun fait comme il peut en fonction de ses expériences, ses blocages, ses blessures, les leçons que chacun a tiré de la vie, etc. Personne ne doit porter pour l’autre le poids de toutes ces choses qui conditionnent nos réactions et émotions. Remettons à chacun sa responsabilité et assumons pleinement la notre en restant fidèle à nous même.

Et ce sera le mot de la fin 🙂

Prends soin de toi à tous les niveaux. C’est le mieux que tu puisses faire pour toi et pour les autres !

(Visited 32 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.