Bien dans ta tête

Utiliser nos émotions désagréables pour améliorer notre vie

Colère, peur, tristesse, déception, agacement, frustration, culpabilité, dégoût, toutes ces émotions que nous essayons d’éviter, que nous fuyons, en pensant être ainsi plus heureux… On le sait, en les étouffants nous les faisons grossir et elles finissent par revenir sans crier gare, sous la forme de vagues qui nous paraissent monstrueuses et incontrôlables (crises de larmes ou d’angoisses inexplicables, colères disproportionnées, etc.) Et si nous essayons plutôt d’écouter ce qu’elles nous racontent ?

Comment naissent nos émotions ?

Nos émotions sont à la fois :

  • chimiques : hormones et neuro-transmetteurs
  • électriques : les messages que transmettent nos nerfs
  • vibratoires : les fréquences énergétiques que nous émettons et qui font que les autres sentent dans quel état émotionnel nous nous trouvons avant même qu’on ait dit un mot
  • physiologiques : la réaction du corps (respiration, chair de poule, battements cardiaques, etc.)

Elles sont une réponse à un stimulus qui peut être une parole entendue, une situation vécue, mais aussi une pensée ou un souvenir que l’on ressasse.

A quoi servent nos émotions ?

Les émotions désagréables que nous vivons sont en fait des signaux d’alarme. Chacune a un but précis. Tu remarqueras d’ailleurs que je ne parle pas d’émotions « négatives ». C’est parce qu’elles sont une réelle aide pour nous si nous arrivons à décrypter leur (notre) langage.

  • La colère nous montre que nos valeurs, nos limites, notre territoire, ne sont pas respectés
  • La peur nous averti que nous sommes en danger. Il ne s’agit pas forcément d’un danger réel, parfois c’est une situation que nous percevons comme dangereuse, par exemple quand elle nous rappelle (consciemment ou non) une situation traumatique. Parfois c’est aussi une situation face à laquelle on se sent fragile, incapable de faire face
  • La tristesse est la petite sœur du deuil. Elle survient à chaque fois que nous devons dire au revoir à quelque chose ou un être cher et tourner une page. Parfois aussi quand nous disons au revoir à une opportunité que nous n’avons pas su ou pu saisir.
  • La déception est le reflet de l’insatisfaction que l’on ressent lorsqu’on échoue à l’atteinte d’un objectif
  • L’agacement arrive lorsque les choses ne se déroulent pas comme on voudrait et que cela nous complique les choses. On a le sentiment de perdre le contrôle et cela nous énerve
  • La frustration c’est lorsque les moyens que nous utilisons pour réaliser quelque chose ne fonctionnent pas ou ne sont pas suffisamment efficaces
  • La culpabilité survient lorsque l’on se sent responsable d’une situation dommageable pour une autre personne  ou un groupe de personne (la famille par exemple)
  • Le dégoût nous prend lorsque nous évaluons la situation ou le comportement de quelqu’un comme allant à l’inverse de nos valeurs et de notre morale

Comment nos émotions peuvent nous aider ?

Maintenant qu’on sait ce que chacune de ces émotions désagréables veut dire, nous sommes en mesure de transmuter ce que nous percevons comme négatif, en quelque chose de positif pour nous. Comment ? En essayant de rétablir l’équilibre, respecter nos valeurs, rétablir un sentiment de sécurité, nous donner les moyens d’atteindre les objectifs que nous nous sommes fixés, etc.

En bref, il s’agit de faire confiance à nos ressentis, d’en tenir compte et d’apporter une réponse adaptée au lieu de les étouffer. Pour arriver à ce résultat plusieurs étapes sont nécessaires :

  1. Apprendre à s’observer soi-même pour repérer les situations qui réveillent telle ou telle émotion
  2. Apprendre à ne pas se juger durement ni réprimer ces émotions lorsqu’elles surviennent
  3. Noter quel est le besoin non satisfait qui se cache derrière l’émotion vécue
  4. Accepter que cela constitue une de nos limites sans nous juger
  5. Rechercher comment modifier les paramètres de la situation ou quelle stratégie adopter pour éviter que le signal d’alarme retentisse à nouveau.

La sérénité arrive après la 5ème étape. Et la joie avec ! Car s’arranger pour vivre les situations d’une manière qui respecte nos valeurs et nos limites, permet de multiplier les contextes dans lesquels on se sent bien, détendu, respecté, écouté, bref, tranquille et heureuse.

Voilà, c’est tout pour aujourd’hui 🙂 si tu as besoin d’aide pour démêler une situation qui te submerge d’émotions désagréables, je te recommande le coaching à la carte. Si tu veux vite sortir de cette mauvaise phase, n’oublie pas : les choses vont toujours plus vite lorsqu’on se fait aider.

(Visited 1 610 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.