Energétique et spiritualitéMon parcoursReprends le pouvoir

Expérience humaine, nouveau paradigme spirituel, existence des guides, etc.

Expérience humaine, nouveau paradigme spirituel, existence des guides, etc. - Marie Koné, coach positive et enseignante spirituelle

Installe-toi car j’ai plein de choses à te dire ! Je dédie cet article à :

  • tous.tes les déçu.e.s de la spiritualité
  • celles.ceux qui se demandent comment ça se fait qu’on souffre autant si on est accompagné par des êtres de lumière et qui trouvent que ce n’est pas normal
  • celles.ceux qui essayent de trouver un sens à cette aventure humaine

Alors je te préviens je n’ai pas de réponse absolue. Seulement ma vérité, celle que je perçois et que je sens vibrer juste depuis mon côté de la lorgnette. A toi de prendre ce qui t’es utile et de laisser le reste là où il est.

Permets moi aussi de te dire à quel point le fait de regarder des sessions d’hypnose régressive quantique sur YouTube m’a ouvert les yeux sur la réalité de la situation dans laquelle nous sommes ici sur Terre, énergétiquement parlant. Si toi aussi tu es prêt.e à soulever les voiles des illusions dans lesquelles on nous maintient, et que tu décides de regarder ce genre de vidéos, accroches-toi car ça dépasse bien souvent les scénario de science fiction les plus rocambolesques. En tout moi ça m’a fait cet effet là.

Si tu n’as pas tout suivi je replante le décor : j’ai passé 40 ans sous magie noire sans le savoir. Puis j’ai découvert que la fausse lumière m’accompagne aussi depuis le début de ma vie. Depuis mon ouverture consciente à la spiritualité les choses se sont intensifiées car ces entités manipulatrices se font passer pour mes guides et je vis l’enfer depuis 3 ans oscillant entre effondrement et renaissance.

Depuis mon dernier article (du 5 janvier 2020) j’ai vécu un sacré yo-yo énergétique, émotionnel et psychologique ! A plusieurs reprise j’ai cru être libérée de mes tourments et je suis à chaque fois repartie toute guillerette la fleur au fusil (oui j’ai parfois des expressions de vieille). C’est qu’elle est fourbe la fausse lumière, elle s’adapte à mes compréhensions, elle ajuste ses stratagèmes de manipulations, elle sait se faire discrète le temps que je baisse ma garde, pour ré-attaquer lorsque je suis le plus vulnérable.

Sauf que moi aussi j’apprends et que la VRAIE Lumière est en moi (comme en chacun.e de nous d’ailleurs). Je vois cette Lumière comme une petite flamme qu’il faut apprendre à transformer en un foyer flamboyant. Pendant que la fausse lumière essaie de me berner pour la Xième fois, moi j’apprends à souffler sur les braises et rallumer mon feu intérieur à coup d’amour de soi. Et tu sais quoi ? ça marche ! C’est même la meilleure arme que nous ayons à notre disposition.

Expérience humaine, nouveau paradigme spirituel, existence des guides, etc. - Marie Koné, coach positive et enseignante spirituelle

Mais ce n’est pas tellement de ça que je voulais te parler aujourd’hui. Aujourd’hui j’avais simplement envie de te parler des découvertes que j’ai faites au fil de cette aventure (qui n’est pas encore terminée je le précise). Je viens de passer un cap psychologico-spirituel et pour la première fois depuis longtemps j’ai eu envie d’écrire sur ce blog que j’ai délaissé ces derniers moi pour cause de grosse fatigue et de désespoir (appelons un chat un chat).

Je me suis beaucoup interrogée ces derniers temps. Puisque j’avais perdu toute mon énergie au profit de ces parasites qui me la pompaient, je ne pouvais pas faire grand chose d’autre que réfléchir, faire des recherches, essayer de comprendre, etc. Et voici ce qu’a donné ce grand brainstorming. Pour l’instant en tout cas car on ne finit jamais d’apprendre n’est-ce pas ?

Est-ce bon de vouloir toujours évoluer ?

Si tu lis ce blog depuis un moment tu sais que je ne suis pas une fan de ce concept de sortir de sa zone de confort. Le dépassement de soi à tout prix c’est pas tellement mon truc. Mon truc à moi c’est plutôt d’apprendre à se connaître et respecter ses limites, cultiver justement le confort pour faire grandir la confiance en soi et en la vie jusqu’à ce qu’elle soit suffisamment solide pour qu’on ait envie de s’aventurer plus loin, sans avoir la peur au ventre. Autrement dit auto-bienveillance et respect de son rythme personnel.

Et pourtant j’ai toujours recherché avec acharnement comment améliorer ma vie, comment dépasser ce qui freine mes envies, comment devenir meilleure. J’ai essayé pas mal de choses pour parcourir ce chemin. Et c’est d’ailleurs comme ça que je me suis ouverte à la spiritualité.

Cette recherche constante du mieux pour moi et en moi, a souvent été mal perçu par certaines personnes de mon entourage. « Arrête un peu tes thérapies », « pourquoi te poses-tu autant de questions ? », « ne peux-tu pas juste vivre comme tout le monde ? »

Ben non, justement je ne peux pas. Je ne suis pas bien là où je suis alors tant que je ne suis pas bien je cherche l’endroit où je suis bien, que ce soit en moi ou autour de moi (ce qui revient au même en fait). Malgré cette conviction profonde, je me culpabilisais de cette recherche acharnée du meilleur moi dans un meilleur monde.

Eh bien ma récente prise de conscience est que c’est justement cet acharnement qui m’a permis de me rendre compte de ces emprises qui me limitent depuis ma naissance ! C’est en ayant cette nature acharnée que je me suis offerte l’opportunité de me libérer. Et pour ça il fallait que je perçoivent les choses comme elles sont réellement, c’est à dire dans mon cas, cruelles et douloureuses.

La recherche d’une meilleure vie et d’un meilleur soi peut être un acte d’amour de soi… Ou une fuite de soi. Tout dépend de l’intention qui sous-tend la démarche.

Marie Koné

Ma puissance = mon pouvoir créateur

Non non, rien à voir avec la loi d’attraction ou un autre truc du genre. Et pourtant il s’agit bien de créer sa réalité par la pensée ou plutôt par l’intention.

J’ai compris aujourd’hui avec plus de profondeur que précédemment, que je suis la seule à décider de ce que je fais de cette expérience interminable et douloureuse. Et en cela je suis la créatrice. C’est moi qui détiens le pouvoir :

  • soit je me laisse décourager et j’abandonne la lutte, ce qui pourrait vouloir dire par exemple arrêter mon métier d’accompagnante et enseignante spirituelle
  • soit je décide de reconquérir mes idéaux, mes valeurs et ce qui fait vibrer mon coeur autant de fois que nécessaire. Parce qu’il n’y a aucune raison que je me laisse tomber moi-même. Si je m’aime je ne m’abandonne pas !

Aujourd’hui je choisis de me détacher de toute cette histoire. Je refuse d’être réduite à mes traumatismes. J’arrête de m’identifier à tout ça. Je ne suis pas mes traumatismes, j’en suis simplement le témoin. A moi de voir ce que je fais de cette histoire.

Expérience humaine, nouveau paradigme spirituel, existence des guides, etc. - Marie Koné, coach positive et enseignante spirituelle
Reprendre son pouvoir

Dans le même ordre d’idée j’ai compris que rien ne peux entrer ou rester dans mon corps physique ou mes corps éthériques si je le refuse. Tout simplement car je suis toute puissante dans mon territoire, mon territoire étant mon être dans toutes ses dimensions.

La loi du libre arbitre s’applique aussi pour les entité manipulatrices qui adorent nous mettre des implants éthériques pour nous contrôler. Le seule moyen pour elles d’y arriver c’est de se faire passer pour ce qu’elles ne sont pas et passer des accords avec nous.

C’est parce qu’à un endroit de notre être quelque chose est en résonance avec ce qu’ils nous proposent que nous nous faisons leurrer. Lorsque ce quelque chose est libéré nous voyons les choses telles qu’elles sont et nous nous détachons de l’emprise.

Bien sûr je simplifie grandement les choses en les exprimant ainsi car notre multi-dimensionnalité rend les choses plus complexes… Mais je suis sûre que tu as compris le principe.

Si j’ai la conscience et la conviction que je suis souverain.e en mon espace corporel et éthérique je récupère mon pouvoir et je ne laisse plus entrer l’agresseur.

Marie Koné

Le détachement c’est quoi ?

Tellement de termes utilisés en spiritualité et en développement personnel sont devenus des instruments de culpabilisation et d’asservissement ! (comme l’ego par exemple, dont je te parle ici) De mon point de vue le concept de détachement en fait partie.

Derrière ce mot on met autant l’idée de posséder le moins possible de choses matérielles, que le fait de rester stoïque devant les événements.

Or si nous voulons faire de notre condition humaine une expérience pleine de joie il peut être bon d’accepter que cette joie puisse passer aussi par la matérialité (des objets qu’on trouve beau, intéressants, rigolos ou que sais-je encore).

Là où ça ne va plus c’est lorsqu’on donne tout notre pouvoir à ces objets. C’est le cliché de l’homme qui vénère sa voiture de sport et qui considère que c’est cette voiture qui lui donne son charisme et sa place dans la société. Egalement lorsqu’on se met à ne plus pouvoir vivre sans certains objets. Si il y a dépendance, il y a asservissement, et possibilité qu’une influence extérieure utilise ces objets pour nous faire souffrir.

Deuxième point concernant le stoïcisme face aux événements : mon point de vue est que si nous voulons faire plier les forces de l’ombre, qu’elles soient en nous ou autour de nous, il vaut mieux pour nous que nous gardions notre esprit de révolte. Et cela passe par ressentir pleinement la peur, la tristesse, la honte, la colère, bref toutes ces émotions qui nous alertent que l’équilibre est rompu et qu’il a besoin d’être rétabli par nous-même !

Ainsi nous redevenons des guerriers spirituels capable de maintenir l’ombre à distance simplement en incarnant notre lumière, et en incarnant l’amour qui nous incite à refuser tout ce qui ne respecte pas cette lumière.

Là encore le risque survient lorsqu’on a tendance à s’identifier à ces émotions et à les entretenir en nous comme si sans elles nous perdions notre statu, notre identité.

Le détachement tel que je le comprends consisterait plutôt à ne pas entretenir les vibrations basses causées par nos souffrances. Bien sûr il ne suffit pas de le décider mentalement. En réalité c’est un processus progressif que nous faisons et répétons au fil de nos expériences.

Expérience humaine, nouveau paradigme spirituel, existence des guides, etc. - Marie Koné, coach positive et enseignante spirituelle
détachement et liberté

Voici comment je perçois ce processus de détachement :

  • D’abord ressentir et constater l’émotion/l’événement/la situation
  • Puis comprendre le message, ce qui a été dérangé/agressé en nous
  • Puis rétablir l’équilibre par l’action
  • Et enfin laisser partir cette histoire en la transformant en expérience enrichissante

Dans la situation dans laquelle je suis actuellement, j’ai pris conscience que conserver des ressentiments et des rancœurs, des regrets ou des peurs, ne fait qu’ouvrir des portes à ces entités de fausse lumière. Elles nous piègent et nous manipulent en se présentant comme des ressources de soulagement, en imitant les véritables Être de Lumière.

Le détachement et le retour à la joie ont à chaque fois été mes portes de sorties pour me libérer d’un aspect de cette emprise. J’en ai pour preuve la disparition des manifestations désagréables au fur et à mesure que je me détache de mes peurs, culpabilités et autres émotions lourdes liées à leur manipulation.

Le détachement qui libère n’est pas une méthode Coué qui consiste à se convaincre que ci ou ça ne nous atteint pas. Le détachement c’est décider consciemment de ne plus souffrir et s’inscrire dans une démarche systématique de réparation par amour pour soi.

Marie Koné

Liens familiaux = liens sacrés ?

Les manipulations de ces entités néfastes ont réussi à jeter le trouble dans ma famille. De ce fait une certaine distance s’est créée entre moi et certains membres de ma famille. J’en ai beaucoup souffert et je me suis sentie énormément coupable (c’était le but de ces entités puisque la culpabilité est une puissante énergie dont ils se nourrissent).

Aujourd’hui j’ai compris que cette culpabilité ne peut exister que si je me sens responsable du lien qui m’unit à ces personnes que j’aime. Et effectivement, me sentant coupable j’ai également endossé le manteau du sauveur : il fallait que je répare les choses, il fallait que je les sorte de là !

En réalité je ne suis responsable de personne d’autre que de moi-même. Si j’ai fait ma part dans l’interaction qui a pu exister entre nous, le reste appartient à l’autre. Je n’ai pas le droit de lui dérober son pouvoir de choix et d’action dans cette interaction.

Je n’ai pas encore pu expliquer le pourquoi du comment de ces perturbations profondes aux membres de ma famille car ils ne partagent pas mes croyances spirituelles et ne sont pas ouvert aux choses que j’aurais à leur dire. Peut-être trouverais-je un jour un vocabulaire intermédiaire pour expliquer cette emprise manipulatoire qui a été à la source de ces difficultés.

Expérience humaine, nouveau paradigme spirituel, existence des guides, etc. - Marie Koné, coach positive et enseignante spirituelle
Libre en famille

Aujourd’hui je comprends que la bonne posture pour moi n’est pas celle du sauveur mais celle qui se contente de proposer une information (ma vérité toute personnelle ou une vérité plus collective) à qui veut bien l’entendre et laisser l’autre en faire ce qu’il veut.

Le lien d’amour n’est pas un lien de responsabilité, du moins pas au sens où nous l’entendons habituellement. Plutôt dans le sens ou :

  • je suis responsable du respect que je me porte (en choisissant de m’exprimer ou de me préserver par le silence par exemple)
  • je suis responsable de ne pas faire à l’autre ce que je ne voudrais pas qu’il ou elle me fasse (comme par exemple vouloir absolument me sortir d’une situation que je ne perçois pas comme dangereuse)

Ce n’est ni de l’égoïsme, ni de l’indifférence. Je peux toujours exprimer mon point de vue sans me sentir responsable du bien-être de l’autre ni lui imposer le point de vue que j’exprime (la Communication Non-Violente et les 4 accords toltèques peuvent grandement aider).

Si les liens familiaux sont des liens d’amour alors nous ne devons pas prendre le pouvoir sur l’autre en assumant la pleine responsabilité de l’interaction. Pour que chacun.e reste libre et se sentir respecté.e il peut être bon de se détacher de la lourdeur de cette responsabilité, et accepter qu’une rupture peut avoir lieu lorsque les besoins de l’un et de l’autre ne peuvent plus coexister dans la sérénité. C’est l’obligation du lien qui crée le maintient d’interactions douloureuses.

Marie Koné

Sommes-nous réellement guidé.e.s ?

Après s’être fait passer pour mes guides à plusieurs reprises et voyant que je ne tombais plus dans ce piège-là, les entités manipulatrices ont décidé de me faire croire que les guides n’existent pas et qu’il n’y a plus d’espoir pour l’humanité ou pour sortir de leur emprise. J’y ai presque cru ! Et j’ai tout remis en question.

L’avantage de cette tromperie c’est qu’elle m’a permis de remettre mon pouvoir en mon centre plutôt que de continuer à me réfugier derrière mes guides pour affronter la vie.

L’autre avantage c’est que du coup j’ai cherché à trouver ma vérité à ce sujet et voici ce qu’elle est à ce jour au sujet de l’existence des guides.

Je pense que la guidance dont on dispose telle qu’elle est expliquée actuellement, se rapporte à une époque révolue.

Je pense que l’accompagnement dont on dispose a changé de forme et est aujourd’hui beaucoup plus subtil qu’une bande de larrons ailés qui nous soufflent des bonnes idées à l’oreille. Tout simplement parce que les canaux de communication habituels sont aujourd’hui trop pollués par les entité de fausse lumière pour que le commun des mortels (c’est à dire chacun de nous) puisse s’en servir en toute sécurité.

Je pense que les véritables Êtres de Lumière ont du s’adapter à cette menace grandissante de la fausse lumière. Ils ont progressivement délaissé les moyens habituels de se manifester à nous, pour nous protéger de ces emprises. La vraie Lumière se fait plus discrète et passe directement par notre coeur, pour ne pas être court-circuitée.

Expérience humaine, nouveau paradigme spirituel, existence des guides, etc. - Marie Koné, coach positive et enseignante spirituelle
les guides incognito

Ainsi le seul moyen d’être guidée par les vrais est de revenir à soi et de se connecter à son cœur uniquement. Car c’est là qu’ils nous parlent. C’est là qu’est notre flamme divine, celle que personne ne peux éteindre. Et puisqu’ils sont au cœur du cœur ils se fichent bien de nos prières, rituels et autres. Ils sont pour ainsi dire DANS notre cœur. Ils y lisent directement nos vibrations de gratitude ou de tristesse, nos appel à l’aide et notre allégresse. On ne peut pas faire plus intime comme communication et plus inattaquable aussi !

Par ailleurs c’est ce retour à soi et à l’amour de soi, qui permet de faire le tri avec discernement entre les synchronicité orchestrées par notre guidance de Lumière et celles orchestrées par la fausse lumière pour nous égarer.

Je crois que nous sommes invités à nous détacher des images et outils habituels qui peuvent si facilement être imités ou détournés pour nous leurrer et nous maintenir dociles. Ainsi nos guides peuvent rester incognito et nous humains pouvons éviter de nous faire piéger par la fausse lumière qui est de plus en plus rusée…

Pour ma part j’ai abandonné les tirages de cartes et je ne regarde plus les guidances sur YouTube. Je n’utiliserai plus les cartes oracles dans mon travail d’accompagnement. Du moins pas pour recevoir la guidance, mais peut-être plus sous un aspect psychologique pour aider à des prises de conscience par exemple. Dans ce cas la carte sera choisie consciemment par moi ou par la personne qui me consulte. J’ai encore beaucoup de chose à repenser pour adapter mes services à cette nouvelle donne…

Dans cette époque troublée revenir à soi, à son centre cœur est PRIMORDIAL. D’abord parce qu’il est essentiel de retrouver son pouvoir intérieur, c’est à dire se détacher des influences extérieures, et ensuite parce que plus on écoute son cœur et plus on est en contact étroit avec ses guides.

Marie Koné
(Visited 31 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.