Energétique et spiritualitéLes fondamentauxReprends le pouvoir

Pourquoi je ne supporte plus qu’on me parle de l’ego (faut-il supprimer l’ego ?)

Pourquoi je ne supporte plus qu'on me parle de l'ego (faut-il supprimer l'ego ?) - Marie Koné Thérapeute holistique et spirituelle

AVERTISSEMENT : Je suis consciente que le contenu de cet article ne va pas plaire à tout le monde. Saches que je ne fais que partager ma vérité. Je ne cherche absolument pas à te convaincre ni à créer une polémique. Comme je tiens à ce que ce blog reste un espace de paix, je supprimerai tout commentaire qui ira dans le sens du conflit et du jugement. Pour le reste, je suis ouverte à l’échange pacifique de points de vue.

Jusqu’à présent j’ai fait comme tout le monde : j’ai étudié tous ces concepts spirituels à travers de nombreux livres (j’ai commencé par le fameux livre de Lise Bourbeau dont je te parle ici) et de nombreuses vidéos, et j’ai intégré d’une façon plus ou moins consciente que l’ego était en quelque sorte « l’homme à abattre » de la situation.

Effectivement on nous rabâche partout (ou presque) que l’ego est responsable de tous nos malheurs, de toutes nos erreurs, de toutes nos douleurs. Va faire un tour sur Youtube et tape « ego » dans le moteur de recherche, tu t’en rendras compte : on nous propose de « se libérer de l’ego », « tuer son ego », « calmer et maîtriser son ego », « supprimer l’ego », on parle de « tyrannie de l’ego »… Et en soit de la façon dont on le définit et dont le perçoit, on peut dire que c’est vrai que l’ego n’est pas de bonne compagnie et qu’il vaut mieux s’en défaire.

Ce qui me dérange dans tout ça

Moi ce qui me déplaît c’est justement la façon dont on a associé l’ego à ces parties de nous qui nous dérangent. L’ego est devenu notre ennemi intérieur, une poubelle à tout : nos réactions vives, nos émotions compliquées, nos doutes, nos attentes, nos peurs, bref, tout ce qui fait aussi notre humanité. Dès que quelque chose ne va pas c’est la faute de l’ego. Et c’est à nous d’apprendre à être suffisamment éveillés pour réussir à le faire taire. Pour cela il nous faut une vigilance de tous les instants pour garder le calme olympien, signe qu’on serait un personne convenablement éveillée.

Pourquoi je ne supporte plus qu'on me parle de l'ego (faut-il supprimer l'ego ?) - Marie Koné Thérapeute holistique et spirituelle
l’ego toujours coupable

Je trouve que cette façon de voir les choses est culpabilisante. Le mot lui-même est culpabilisant car il est connoté négativement. Dans le langage courant il se rapporte à quelqu’un qui se croit au dessus des autres, meilleur que les autres et qui se fiche bien des autres. Qu’on le veuille ou non, ce sens premier donné au mot « ego » reste en arrière-plan dans notre inconscient. Quand on dit de quelqu’un qu’il a un ego surdimensionné on sait que ce n’est pas très positif et on n’a sûrement pas envie d’afficher ce genre d’attitude. Donc on comprend assez rapidement (et je ne dis pas que c’est le discours qui est propagé par tous) que l’ego c’est mauvais et qu’il faut s’en débarrasser.

Pour ma part ce mot et les culpabilisations qui vont avec m’ont fait beaucoup de mal. Alors j’ai décidé de ne plus l’utiliser pour désigner les blessures ou les peurs qui se manifestent dans nos comportements.

Comment j’en suis arrivée là ?

Pour moi le monde spirituel, ce monde invisible avec lequel on entre tôt ou tard en contact quand on est sur un chemin de développement spirituel, c’est un monde d’amour inconditionnel, de compassion, et de non-jugement.

Je fais volontairement abstraction ici du côté sombre, habituellement appelé bas-astral, puisque je parle ici d’un développement spirituel qui va vers l’épanouissement de soi et non d’une exploration du monde invisible qui pourrait elle se faire autant dans la polarité lumineuse que dans la polarité plus sombre de l’Univers.

Partant du principe de l’amour inconditionnel il me semble contradictoire de vouloir rejeter ou corriger une part de nous de manière aussi radicale. Et ce, qu’on nomme cette part ego ou autrement. Pour moi l’ego n’existe pas. C’est en tout cas la compréhension à laquelle je suis arrivée au fil de mon développement spirituel. Le mot ego et ce qu’il représente aujourd’hui dans la plupart des discours qui parlent de spiritualité, est pour moi une distorsion de concepts transmis aux humains incarnés par le monde de l’esprit et qui a été mal « traduit » si je puis dire.

Pourquoi je ne supporte plus qu'on me parle de l'ego (faut-il supprimer l'ego ?) - Marie Koné Thérapeute holistique et spirituelle
tu peux épingler cette image sur Pinterest pour retrouver l’article plus facilement 😉

Voici ce que mes guides m’ont transmis à ce sujet

Ce qui est en italique sur fond bleu correspond à ce que j’ai reçu par canalisation

« Au fil du temps, en se cultivant et en multipliant les théories, l’homme est devenu très grave et s’est éloigné de son essence »

Concernant nos velléités d’atteindre un stade d’éveil qui ferait que seul notre Soi Divin s’exprimerait pendant que notre ego resterait à la niche :

« Seule la joie témoigne de la grandeur spirituelle. C’est la joie qui nous connecte tous ensemble, qu’on soit dans le visible comme dans l’invisible. C’est la joie qui donne l’énergie de faire. C’est parce qu’on est dans la joie de recevoir qu’on peut éprouver de la gratitude. C’est parce qu’on est dans la joie de donner qu’on peut éprouver de l’amour. »

Et plus généralement :

« Les humains ont mis leur agressivité et leur combativité au service de la destruction, par peur du danger. A chaque fois que vous avez eu peur, vous avez construit des barrières. Construire des barrières, c’est construire pour détruire. »

Avant d’avoir cette conversation avec mes guides je suis malheureusement passée par des expériences difficiles qui ont cassé mes certitudes. Comme quoi dans toute expérience douloureuse on peut trouver un apprentissage

Ces expériences qui m’ont fait grandir

Edit du 04/10/2019 : cette partie a été volontairement modifiée suite aux révélations don je parle dans cet article à propos de la fausse lumière.

De ce fait, ils J’ai subi l’influence de présences invisibles aux intentions malveillantes qui m’ont placé à répétition dans des situations qui m’ont finalement poussées à me révolter, à me rebeller contre ce que je pensais être l’ordre établi, c’est à dire le discours général diffusé au sujet de l’ego et de ce qu’il convient d’en faire.

Je suis passée par des expérience de culpabilisation répétée. Baignée malgré moi dans un discours qui disait grosso-modo que si les choses se passent mal c’est à cause de mon ego et que lorsque tout se passe bien c’est grâce au divin qui me fait cadeau de ses bénédictions. Forcément au bout d’un moment j’en ai eu ras-le-bol et je sais maintenant que c’était le but de ces situations de culpabilisation répétées : me conduire à rejeter ce discours. j’étais victime de manipulations par des entités de la fausse lumière (plus d’infos ici)

L’unité commence par soi-même

Nous sommes humains c’est vrai. Nous vivons dans un monde de dualité et nous recherchons l’unité. A mon sens l’unité commence par soi-même. Arrêtons de vouloir supprimer l’ego. Unifions d’abord nos parts intérieures. Réconcilions-nous avec ce que nous jugeons mauvais en nous-même. C’est vraiment le premier pas d’amour inconditionnel que nous pouvons faire.

Bien sûr ce n’est pas facile, surtout après des centaines d’années de conditionnements transmis de génération en génération. Mais vivre en harmonie les uns avec les autres et avec tout ce qui vit sur cette terre et au delà, ne passera pas par un travail de sape de ce qui fait notre humanité.

C’est quoi cette part de nous qu’on appelle ego ?

faut-il supprimer l'ego ? - Marie Koné Thérapeute intuitive et holistique
Collaborer avec son ego

Nous avons un ego pour trouver la motivation de passer à l’action. L’ego est notre force Yang. La conscience est notre force Yin. Et ce qui englobe le tout c’est la présence divine qui est en nous, à la fois Yin et Yang et aussi bien plus que ça. Supprimer le Yang c’est déstabiliser tout le système.

En tant que fragment du Grand Tout, nous avons été créé avec la possibilité d’avoir un ego + une conscience + la présence divine. L’ego est là aussi pour nous protéger, sauvegarder notre survie face aux situations de danger. C’est le guerrier en nous.

Le travail que nous avons à faire pour nous élever n’est certainement pas un travail qui viserait à « maîtriser, contrôler, tuer ou supprimer » l’ego mais plutôt un travail d’accueil, de compréhension, de guérison dans la douceur et en collaboration avec les êtres de lumière qui nous accompagnent. Car comme me l’ont transmis mes guides :

« On ne combat pas les ténèbres avec la violence mais avec l’amour et la foi. »

Voilà pourquoi je n’utiliserai plus le mot ego (excepté pour expliquer ce qu’il n’est pas, selon ma compréhension des choses). Car comme me le dit Jésus régulièrement :

« les seules choses à dépasser sont les choses qui te limitent »

C’est à dire les choses qui empêchent d’être dans la joie. Et j’ajouterai que tout le reste doit être accueilli dans l’amour inconditionnel.

Je te dis à bientôt pour d’autres partages et je serai heureuse de lire dans les commentaires ce que tu penses de tout ça.

(Visited 24 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.