Aimer son corps

DOSSIER Ep. 2 – Manger équilibré c’est possible ? Dysbiose, gluten et cie

Manger équilibré c'est possible ? Dysbiose, gluten et compagnie - lesgrowmots.fr

La semaine dernière je te parlais du sucre et t’invitais à le dé-diaboliser.

Abordons maintenant un autre ennemi alimentaire, lui aussi diabolisé depuis quelques années : le gluten

Faut-il arrêter le gluten

Avant de répondre à cette question sachons de quoi on parle. C’est quoi exactement le gluten ? Voici ce que nous dit le site www.intolerancegluten.com

Le gluten est un mélange de protéines combiné avec de l’amidon dans l’endosperme de la plupart des céréales.
Il constitue environ 80 % des protéines contenues dans le blé.
Le gluten est responsable de l’élasticité de la pâte malaxée ainsi que de la masticabilité des produits à base de céréales cuits au four.

Dossier alimentation épisode 2 - gluten et dysbiose intestinale -  lesgrowmots.fr

Sur ce même site on apprend que « le gluten est utilisé fréquemment en industrie alimentaire et peut se cacher dans une multitude de produits, sous des dénominations différentes. » Autrement dit, on nous en rajoute dans les aliments industriels sans nous prévenir, pour épaissir et donner du liant ! Ce qui nous conduit à trop en consommer sans le savoir. Comme avec le sucre…

Voici comment j’en suis arrivée à m’intéresser au gluten. Le gluten et moi n’avons jamais eu de problèmes auparavant. Mais depuis que j’ai compris grâce à l’une de mes thérapeutes comment l’alimentation peut influer sur les émotions et le moral, j’y ai regardé de plus près.

Découverte de la dysbiose intestinale

Alors que je venais la voir pour un gros coup de mou inexplicable, cette thérapeute m’a parlé de dysbiose intestinale. Hein ?! c’est quoi ce truc ???

Avant que tu lises la suite je voudrais préciser que le phénomène de dysbiose intestinale est très complexe et que j’ai pleinement conscience que cet article va survoler le sujet. Mon propos ici n’est d’ailleurs pas la dysbiose intestinale à proprement parler mais de répondre à la question posée dans le titre « manger équilibré c’est possible ? »

Si tu penses présenter une dysbiose intestinale je te conseille de consulter un professionnel avant d’entamer toute modification drastique de ton alimentation ou autre médication, même à base de plantes.


Ceci étant dit, revenons à nos moutons. Je t’explique ci-dessous…

Comment la dysbiose intestinale peut te rendre dépressive

Version simplifiée hein, ceci n’a pas vocation à être un article scientifique

  1. Notre cerveau fabrique les neuro-transmetteurs responsables de nos émotions
  2. Pour les fabriquer il a besoin de nutriments apportés par notre alimentation
  3. Si nous ne métabolisons pas correctement les nutriments ils n’arrivent jamais au cerveau qui ne peut donc pas faire son travail correctement. Cela peut se traduire par un moral en berne, un manque d’enthousiasme, de volonté, de joie de vivre, etc.
  4. Il se trouve que la dysbiose intestinale nous empêche de métaboliser correctement les nutriments. Tu vois où je veux en venir ?

Et donc c’est quoi la dysbiose intestinale ?

C’est un déséquilibre de la flore intestinale qui peut conduire à une usure des villosités intestinales allant parfois jusqu’à une micro-perforation de la paroi. La dysbiose intestinale se manifeste par des symptômes divers (liste non exhaustive) :

  • ballonnements, maux de ventre, inconfort digestif
  • affaiblissement des défenses immunitaires entraînant des infections à répétition
  • fatigue intense et récurrente
  • sensibilités alimentaires et allergies
  • morosité, état dépressif et même troubles du comportement alimentaire (!) j’y reviendrai plus bas.
  • elle serait à l’origine de certaines maladies auto-immunes

Pourquoi ces symptômes ?

Dossier alimentation épisode 2 - gluten et dysbiose intestinale -  lesgrowmots.fr

Le rôle de l’intestin est d’absorber les nutriments, de digérer les aliments, et de protéger l’organisme des toxines et agents pathogènes venus de l’extérieur. La dysbiose intestinale altérant le bon fonctionnement du tube digestif peut entraîner des dysfonctionnements dans tout le corps !

Quelques causes de ce déséquilibre

  • les stress chronique c’est à dire répété
  • l’utilisation des antibiotiques qui tuent aussi les « bonnes bactéries » présentes naturellement dans la flore intestinale
  • une alimentation déséquilibrée contenant trop de substances chimiques (additifs alimentaires), trop peu de fibres, trop de protéines, de graisses et de sucre
  • consommation excessive de café, de tabac, d’alcool

La dysbiose intestinale responsable ou conséquence des TCA ?

Les troubles du comportement alimentaire sont connus pour dérégler l’organisme. Ils conduisent à une alimentation anarchique qui ne respecte pas du tout le rythme et les besoins biologiques du corps. Je dis cela sans aucun jugement, c’est simplement un fait. Ainsi ils peuvent contribuer à l’apparition d’une dysbiose intestinale.

Nous avons vu également que lors de la dysbiose le corps peine à métaboliser certains nutriments. Il peut arriver que le cerveau nous envoie des fringales irrépressibles lorsqu’il est en pénurie de certains nutriments. Ceci peut expliquer en partie certaines crises d’hyperphagie et de boulimie.

C’est donc un cercle vicieux !

Je le redis je ne suis absolument pas spécialiste de ces questions. Je partage avec toi ce que j’ai vécu et constaté, et ce que j’ai compris. Si tu en ressens le besoin, consulte un médecin pour avoir des informations précises adaptées à ton cas.

Si tu veux en savoir plus sur la dysbiose intestinale et ses conséquences, je t’invite à lire cet article très détaillé écrit par le Dr Christophe Etienne, lui-même formé par le Dr Donatini qui a mis en lumière ces dysfonctionnements et propose de le traiter. Tu peux aussi trouver des informations sur Youtube en tapant « dysbiose intestinale » dans le moteur de recherche.

Voyons maintenant comment sortir de ce dérèglement intestinal.

Le régime sans FODMAP

Après m’avoir parlé de ce truc au nom improbable, ma thérapeute m’a donc ensuite conseillé de me renseigner sur le régime sans FODMAP.

Il s’agit d’un régime préconisé à l’origine aux personnes souffrant du syndrome du colon irritable, et qui a montré de bon résultat également dans le traitement de la dysbiose intestinale. A vrai dire les conséquences de la dysbiose intestinale sont les mêmes que ceux du syndrome du colon irritable. La différence ici, c’est qu’à priori on peur régénérer sa paroi intestinale lorsqu’on est atteint d’une dysbiose. Ce qui n’est apparemment pas le cas s’il s’agit du syndrome du colon irritable.

Je précise que ce n’est pas un régime amaigrissant et qu’il ne faut absolument pas le pratiquer comme tel.

Le principe du régime est d’éviter tous les aliments responsables de fermentations.

FODMAP veut dire :

  • F pour Fermentiscible
  • O pour Oligosaccharides (Fructanes et galacto-oligosaccharides ou GOS)
  • D pour Disaccharides (lactose)
  • M pour Monosaccharides (fructose en excès)
  • A pour And qui veut dire « et » (eh oui c’est en anglais 😉 )
  • et P pour Polyols (sorbitol, mannitol, xylitol, maltitol)

Dans un langage plus accessible il s’agit de tous les sucres fermentiscible. Je ne vais pas détailler ici le régime FODMAP car tu peux facilement trouver des livres ou du contenu sur internet qui précise comment suivre ce régime.

Le régime sans FODMAP n’est pas un régime à suivre en longue durée. Mais il était certain qu’en reprenant une hygiène de vie et une alimentation apportant trop de sucre (tiens le revoilà celui là 😉 ), trop de gluten, trop d’alcool, etc., etc., on s’expose à une rechute.

Et le gluten dans tous ça ?

Le gluten tel que nous le connaissons aujourd’hui, c’est à dire issus de mutation génétique de blés anciens, se comporte comme une sorte colle et peut aller jusqu’à boucher le duodénum c’est à dire la partie de l’intestin qui est reliée à l’estomac.

NB : les variétés de blés modernes contiennent 3 fois plus de gluten que les blés anciens.

source ici
Dossier alimentation épisode 2 - gluten et dysbiose intestinale -  lesgrowmots.fr
Le duodénum ici en rose. Il a pour fonction de neutraliser la forte acidité de la nourriture digérée par l’estomac

2 conséquences liées à un duodénum partiellement obstrué :

  • l’estomac reste trop plein car la nourriture ne circule pas bien vers l’intestin grêle, ce qui entraîne des fermentation voir putréfactions (eh oui c’est pas ragoutant…)
  • l’acidité normale de l’estomac passe sans que le duodénum ne puisse faire son travail et l’acidité attaque les tissus de l’intestin grêle

Par ailleurs, en cas de dysbiose intestinale, la paroi de l’intestin est micro-perforée. Elle laisse passer sans problème les grosse molécules comme le gluten, les micro-organismes et les toxines. Le gluten n’a donc pas le temps d’être entièrement « découpé » par les enzymes chargés de le digérer. Il passe directement dans le sang tel quel et se propage dans tout l’organisme, provoquant des douleurs articulaires, des crampes, des faiblesses musculaires, de l’eczéma, etc.

Voilà pourquoi il fait partie des nutriments à éviter.

Faut-il avoir peur du gluten si on ne souffre d’aucun trouble particulier ?

dysbiose intestinale et gluten - lesgrowmots.fr

Ah je sens bien que tu n’es pas prête à abandonner tes croissants ou ta bonne baguette. Et je te comprends !

Eh bien la question n’est pas réglée du tout ! Figure-toi qu’une étude de l’INRA affirme que les personnes au régime sans gluten présentent un sérieux déséquilibre du microbiote.

Je te copie ci-dessous un paragraphe édifiant issus d’un dossier sur la dysbiose paru sur le site acteur-nature.com

« Les populations de bactéries bénéfiques (bifidobactéries, lactobacilles) chutent de façon dramatique. En effet, le gluten constitue l’un de leurs aliments habituels. Ce régime réduit aussi les apports en fibres, qui, elles aussi, nourrissent le microbiote. Résultat de cette dysbiose*: une modification de la production d’acides gras à courte chaîne (AGCC), dont les effets bénéfiques sur le système immunitaire et cardiovasculaire sont bien connus. Le régime sans gluten n’est donc pas sans conséquences.(Source étude le L’INRA). On lira aussi avec profit ce dossier produit par L’INRA: http://prodinra.inra.fr/ft?id=5097ACE1-8C67-4953-828D-5D61D51341EC« 

Bon alors on fait quoi ?

Je ne sais pas si le gluten est bon ou mauvais. Pour moi il n’est ni l’un ni l’autre. Et mon propos est de t’inviter à réfléchir et décider pour toi-même par toi-même.

Comme pour le sucre la semaine dernière, je dirais que le problème n’est pas le nutriment en lui-même mais la consommation que nous en faisons. Trop de tout n’est jamais bon. Surtout si c’est quelque chose qui a été artificiellement transformé par l’homme.

Tout est une question d’équilibre. Et c’est là que nous en revenons à la question posée par ce dossier : manger équilibré c’est possible ?

Voici ma réponse, qui n’est certainement pas à prendre comme LA grande vérité irréfutable. C’est ce que j’ai observé dans mon cas personnel et mes différentes lectures qui me poussent à adopter ce point de vue.

Manger équilibrer ? Selon quel équilibre ? Celui qu’on veut imposer à tout le monde ou ton équilibre à toi ?

Bien sûr il y a des grandes lignes pour tout le monde. Eh oui, nous humains aimons bien classifier et catégoriser. Malheureusement cela peut conduire à vouloir absolument faire entre tout le monde dans le même sac.

Personne ne détient la vérité absolue lorsqu’il y a tant de diversité de profils. Alors comme on dit en anglais « trust your gut ». Cette impression veut en fait dire « suivre son intuition » mais on pourrait la traduire littéralement par « fais confiance à ton intestin. » Alors je n’ai qu’une chose à dire : informe toi et choisis ce qui est bon pour TOI.

C’est tout pour cette fois 🙂 La semaine prochaine je t’expliquerai comment j’ai modifié mon alimentation et ce que ça a changé concrètement, puis je te parlerai d’alimentation intuitive.

(Visited 38 times, 2 visits today)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.