Aimer la vie

Avons-nous peur du bonheur

Avons-nous peur du bonheur ? Lesgrowmots.fr

Choisir d’être heureux c’est avoir le courage d’aller à contre-courant par rapport à ce qu’on nous a appris à savoir que « le bonheur n’existe pas » ou alors que c’est un plaisir coupable. 

Eh oui, on ne peut décemment pas jouir de la vie sans avoir à le payer d’une manière ou d’une autre. 

  • La sécurité financière se paye par exemple par un travail exténuant pour le corps comme pour l’âme
  • Une apparente stabilité familiale se paye par exemple par rester avec un conjoint qui ne nous convient pas mais qui respecte les critères inculqués par nos parents et de la société dans laquelle on vit

Il est IMPOSSIBLE qu’il en soit autrement ! Alors nous nourrissons nos angoisses de ces principes totalement arbitraires qui codifient notre société occidentale. Nous n’osons pas penser différemment, et encore moins agir différemment. 

Mais au final qui souffre ? Certainement pas ceux qui sont aveuglés par ces principes, qui pour l’instant ne vivent pas trop mal avec et essayent de te les imposer. La personne qui souffre c’est toi.

Crois-tu réellement que sauver les apparences est plus important que se sentir bien dans sa vie ?

Pour vivre heureux vivons cachés

Ce serait ça la solution ? Pourquoi se cacher si ce n’est pour épargner aux autres la vision indécente, presque obscène de notre bonheur si simple et si grand d’avoir osé choisir la liberté ? Et en même temps nous épargner leur jugement sans appel sur ce que nous avons décidé de vivre !

Alors nous n’osons pas dire, nous n’assumons pas publiquement nos choix et nos envies. Pire, nous ne faisons aucun des changements qui nous feraient du bien. Dans les cas les plus grave nous n’osons même pas laisser remonter ces idées jusqu’à notre conscience.

Pour vivre heureux vivons cachés - peur du bonheur - lesgrowmots.fr

Nous n’avons pas à devenir des parias mis au ban de la société pour avoir voulu être heureuses, et osé imaginer ce bonheur différemment de celui des autres. Il est temps d’assumer l’idée que la vie n’est pas une souffrance ni un compromis.

Nous sommes tous d’accord pour dire que la vie est précieuse, qu’elle est courte et qu’on n’en a qu’une. Si elle est si précieuse pourquoi la vivre de manière rétrécie ?

Ce serait comme gagner plein d’argent et décider de ne rien en faire. Voir même pire ! Décider de brûler chaque jours une partie des billets pour ne pas avoir l’air trop riche. Au final ça ne profite à personne et c’est simplement perdu.

Ta vie c’est ta richesse. Tu te dois d’en profiter pleinement. Sinon c’est autant de billets brûlés chaque jour et perdus pour toujours.

Plus facile à dire qu’à faire

Bien sûr c’est plus facile à dire qu’à faire :

  • d’oser quitter son boulot si « sécurisé »
  • d’oser quitter son conjoint qui ne nous correspond plus mais qui n’est pas méchant après tout alors on ne va pas divorcer pour si peu…
  • d’oser prendre une année pour voyager ou changer de pays
  • d’oser faire un enfant avant d’avoir atteint le salaire qui nous assure la sécurité financière
  • d’oser ne pas en faire car la vie nous appelle vers d’autres responsabilités et plaisirs
  • etc.
Impossible de faire ce qu'on aime ? Peur du bonheur - lesgrowmots.fr

En vérité ce n’est pas si dur. Il suffit de s’y habituer petit à petit de la même façon qu’on a été prête à s’habituer à ce boulot « pas parfait mais bon… », à ce conjoint « pas parfait mais bon… », etc.

Quand je dit « parfait » ce n’est pas en terme de perfection mais plutôt en terme d’adéquation à qui tu es.

C’est étrange comme nous sommes toujours prêtes à faire des efforts quand il s’agit de s’habituer à l’inconfort et comme on freine farouchement lorsqu’il s’agit de s’habituer à un truc chouette qui nous fait vibrer.

Le sens de la vie

Le bonheur nous fait peur car nous ne réalisons pas qu’il est précisément l’objectif de notre vie. Nous n’avons pas bien compris qu’une vie réussie c’est une vie heureuse :

  • où nous avons accompli nos rêves
  • où nous avons incarné notre être profond
  • où nous avons pu faire profiter à tous de nos talents très personnels et uniques
  • où nous avons tellement vibré qu’on n’a aucun regret le jour où tout s’arrête.

Penses-y la prochaine fois que tu seras tentée de nier tes envies, de taire tes passions, de freiner tes élans : tu n’es pas sur cette terre pour respecter les codes. Tu es ici pour vibrer la joie par toutes tes cellules. Si tu n’as qu’un seul devoir c’est bien celui-là.

(Visited 39 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.